image image image image image image image image
Loi Duflot 2013 - Investissement Immobilier à Angers Un nouveau dispositif Duflot incitatif en faveur de l'investissement immobilier locatif à Angers, dans le Maine et Loire et en Vendée...

Lire la suite...
Alarme Angers. Se protéger contre les cambriolages à Angers Équiper sa maison à Angers d'une alarme domestique est aujourd'hui une opération simple et banale pour protéger sa maison contre les cambriolages...

Lire la suite...
Venez essayer la lumière pulsée Skin-épil à Angers Venez découvrir la nouvelle génération dans votre institut de Beauté L'Instant Zen à Angers... 

Lire la suite...
Maison BBC Angers - Bâtiment basse Consommation Une maison BBC (Bâtiment basse Consommation) c'est quoi ? Un français sur deux se déclare prêt à investir dans une maison fonctionnant grâce aux énergies renouvelables ...

Lire la suite...
Cheminée ou poêle à bois à Angers ? Cheminée ou poêle à bois à Angers... A vous de choisir ...

Lire la suite...
Solutions de chauffage à Angers Les solutions de chauffage à Angers... Pour un meilleur confort et quelques économies d'énergie....

Lire la suite...
Angers Facile, un réseau de savoir-faire à Angers et sur le pays angevin Le portail Angers Facile vous offre de cibler votre clientèle, de développer votre image de marque, de conquérir de nouveaux clients et d'avoir une visibilité incontournable sur le secteur.
Lire la suite...
25 mai, 2018 - Ste Sophie

bc39063293

Musée des Beaux-Arts à Angers

En plein coeur du centre historique d'Angers, sur un site antique et médiéval, le musée des Beaux-Arts d'Angers regroupe un ensemble impressionnant de bâtiments, construits au fil des siècles.

Le Logis Barrault

Le plus ancien bâtiment est un hôtel particulier dit " Le logis Barrault ", classé monument historique, qui fut édifié entre 1486 et 1493. Cette demeure reçut de prestigieux hôtes de passage : Louis XII et Anne de Bretagne, César Borgia, Marie de Médicis...
Comparable à l'hôtel Jacques Cœur de Bourges, cette riche demeure fut édifiée pour le financier Olivier Barrault, trésorier du roi et maire d'Angers. Antérieures aux guerres d'Italie, les façades illustrent les derniers fastes du gothique flamboyant, tandis que le plan entre cour et jardin annonce la Renaissance française. Les deux ailes d'habitation sont reliées par une puissante tour d'escalier, sommée d'une chambre haute, qui traduit le prestige social du propriétaire.
En 1673, l'installation du Grand séminaire, lieu de formation des prêtres, s'installe dans ce logis et l'agrandit. Confisqué pendant la Révolution, il abrite l'Ecole centrale de Maine et Loire pendant la Révolution puis le Museum qui ouvre en 1801. Ces affectations ont amené la suppression des hautes toitures et lucarnes au profit de deux étages supplémentaires et de verrières zénithales. Mais les belles portes d'entrée, les trompes ouvragées des pans coupés et les encadrements savants des fenêtres, au rez-de-chaussée de l'aile gauche, témoignent encore de la qualité de cette imposante demeure.

Salle voûtée du Logis Barrault (fin 15e siècle)

Quand vous entrez dans le musée, au rez-de-chaussée, la salle voûtée du Logis Barrault - l'actuel passage des musées -, retient particulièrement l'attention. Cet espace a été conçu à l'origine comme une salle d'apparat "pour y recevoir et recueillir honnestement ses amys et autres gens de bien" comme le disait lui-même le maître des lieux, Olivier Barrault. A l'exemple du château du Plessis-Bourré, le Logis Barrault possédait deux salles, l'une plafonnée et de taille moyenne dans le corps principal pour la vie usuelle (disparue), l'autre voûtée et d'amples proportions dans l'aile en retour, réservée aux grandes occasions. Largement éclairée par quatre hautes croisées sur cour et sur jardin, celle-ci se signale surtout par l'élégance de sa voûte d'ogives à liernes et tiercerons, dont le profil aplati constitue une prouesse technique, rompant avec la verticalité gothique habituelle.

Réfectoire du grand séminaire (fin XVIIe siècle)

Ce vaste vaisseau à onze travées constituait le réfectoire du Grand séminaire. Il occupe tout le rez-de-chaussée d'un grand corps de bâtiment construit dans les dernières années du 17e siècle, à l'emplacement du "Petit Barrault", dépendances du grand Logis Barrault. Un bel exemple d'architecture classique, monumental et austère, animé par la seule scansion de pilastres doriques portant des voûtes d'arêtes. De 1839 à 1984, date de l'aménagement de la galerie David d'Angers dans l'abbatiale voisine de Toussaint, cet espace abritait la collection des œuvres du grand sculpteur angevin offert par ce dernier : le couronnement de la grande porte qui faisait communiquer ce réfectoire avec le Logis Barrault porte toujours en médaillon le portrait du statuaire.

La rénovation du musée
Après cinq années (1999-2004) de travaux de rénovation, de transformation et d'agrandissement, le nouveau musée des Beaux-Arts d'Angers a rouvert ses portes en juin 2004.
Antoine Stinco, architecte chargé de l'aménagement des espaces muséographiques a adapté le projet muséographique du conservateur en chef qui a souhaité lier la présentation des collections à la diversité des espaces architecturaux. Ce concept est particulièrement lisible tout au long du parcours Beaux-Arts, où chaque salle revêt une ambiance, une nature d'éclairage, une coloration spécifique des murs qui laisse une grande souplesse dans l'accrochage.
La restauration de l'enveloppe du musée et du logis Barrault a été confiée à Gabor Mester de Parajd (architecte des Monuments historiques) qui a respecté les références historiques et architecturales du site. L'ambition d'un tel projet étant de valoriser l'identité de chaque époque et de mettre en harmonie l'ensemble des bâtiments.
Plus vaste et plus fonctionnel, le nouveau musée offre 3 000 m² d'exposition à redécouvrir selon deux parcours permanents : Beaux-Arts (350 peintures et sculptures du 14e siècle à nos jours) et Histoire d'Angers (550 pièces archéologiques et objets d'art, du néolithique à nos jours).
Le musée s'est doté également d'une salle d'exposition temporaire de 550 m², d'un cabinet d'arts graphiques et d'un auditorium qui mettent en lumière artistes contemporains et expositions patrimoniales.
Enfin, un espace de près de 1000 m² dédié aux réserves, permet la conservation dans les meilleures conditions climatiques et de sécurité des œuvres non exposées.

Ainsi, 200 ans après sa première ouverture en tant que musée municipal (1805), le site concilie désormais l'histoire et la création, la muséographie la plus moderne et le confort de visite.